LE DIAMANT…

Le diamant, pierre précieuse la plus prisée de toutes, a toujours suscité l’admiration et la convoitise des élites et des têtes couronnées ainsi que des plus démunis, incarnant pour les uns pouvoir, courage et invincibilité, pour les autres espoir et liberté…

Le Diamant,
Meilleur ami des femmes…
Disait Maryline !

Tous nos diamants présentés sont à vendre. Si l’un d’entre eux vous intéresse, contactez-nous.
Pour le Diamant, nous travaillons de façon préférentielle sur commande.

COMMENT CHOISIR UN DIAMANT

Voila un choix difficile! Cela nécessite impérativement l’assistance d’un spécialiste sans exclure un apprentissage personnel de l’évaluation du diamant.

Acheter un diamant « dans la rue, seul, sans connaissance technique, sans certificat et pas cher « , c’est s’exposer à de nombreuses mauvaises surprises.

Comprendre les 4C

C’est la classification et le mode d’évaluation officiel du diamant.
Carat=Poids. Color=Couleur. Clarity=Pureté. Cut=taille.

Le poids d’un diamant est défini en « Carat », provenant de « kuara », nom du noyau du Caroubier dont le poids de 0.20 gramme est invariable.

1 carat = 0.20 gramme = 100points.

La valeur du diamant n’augmente pas de façon multiple par rapport au poids mais de façon exponentielle. Ainsi, à qualité égale, 1 diamant de 2 carats vaut plus cher que 2 diamants de 1 carat.

La taille se rapporte aux angles et aux proportions du diamant. Une pierre parfaitement taillée réfléchie au mieux la lumière, la disperse à l’intérieur du cristal puis la reflète par la table, donnant ainsi la brillance optimale. Une taille de mauvaise qualité affectera d’autant cette brillance. Elle varie de ID (taille idéale) à P (pauvre).

La pureté correspond à l’analyse des impuretés et inclusions au cœur et en superficie du diamant. La dénomination IF (internal Flowless) correspond à l’absence totale d’inclusion. Puis vient par ordre décroissant VVS1-2, VS1-2, I1,I2,I3

La couleur : Il existe des diamant de toutes les couleurs. la classification standard analyse la couleur des diamants « blancs ». Ce « blanc » présente de nombreuses nuances que seul un œil averti et expérimenté peut percevoir, en allant du blanc pur (D) au blanc « jaune »(M).

Ces 4 valeurs sont indissociables pour déterminer la valeur d’un diamant. Pour chacune d’entre elle, une échelle de valeur internationale a été établie et sert de référence mondiale pour la classification et l’évaluation de chaque diamant, référencées dans les tables professionnelles de Rapaport.

Il se rajoute des critères complémentaires tout aussi importants : la fluorescence, la symétrie, le polissage, la finition, le typage…

 

Le certificat officiel d’authenticité

Il est fortement conseillé pour tout diamant supérieur à 0.50 carat.

Il devra provenir d’un laboratoire d’expertise gemmologique de renommée internationale. Il indique toutes les caractéristiques de la pierre, représentant ainsi sa carte d’identité , certifiée par un numéro officiel que l’on retrouve gravé au laser sous la surface de la pierre, au niveau du rondiste. Impossible de faire correspondre un diamant à un certificat qui n’est pas le sien, offrant ainsi une garantie d’achat.

Le certificat doit indiquer clairement les traitements subit par le diamant.

Savoir déchiffrer un certificat reste toutefois un exercice difficile et les pièges restent nombreux.

Gare à la classification, au certificat, aux traitements, aux synthèses et aux imitations.

Le choix de votre diamant, souvent lié à un heureux événement et à une personne aimée, doit être pris au sérieux et nécessite l’assistance d’un vrai spécialiste afin de vivre pleinement cet événement à travers un diamant de qualité.

Etymologie, histoire et diamants célèbres

Le mot « diamant » vient du latin Adamas ou adamantis, qui signifie « invincible ».

Le diamant est entré dans l’histoire de l’humanité en Inde il y a environ 4000 ans. Les premiers sites d’extraction à cette époque et pendant de nombreux siècles furent les mines de Golconde. L’Inde resta la seule source au monde jusqu’au début du 18eme siècle.

Dans toutes les cultures, au fil de l’histoire, on attribua au diamant des pouvoirs protecteurs contre les esprits du mal.

Après un long chemin vers l’Europe, empruntant la route de la soie, Rome puis Venise devinrent les capitales du commerce des diamants à partir du 12eme siècle.

L’art du polissage arrive à Paris et Bruges au 14eme siècle, puis Anvers, qui deviendra la capitale mondiale de l’industrie du diamant.

A partir du 18eme siècle, les mines d’Inde commencent à s’épuiser. Dès la fin du 19eme siècle jusqu’à nos jours, de nouveaux gisements apparaissent au Brésil puis en Afrique du Sud et plusieurs autres pays d’Afrique.

De nombreux diamants ont jalonnés l’histoire, associés à des récits autant tragiques que merveilleux :

Le Koh-i-Noor : « Montagne de Lumière », diamant de 109 carats, supposé porter malheur uniquement aux hommes et non aux femmes…! Offert à la reine Victoria, il est aujourd’hui serti sur la couronne de la reine Elisabeth, conservé parmi les joyaux de la tour de Londres.

 

Diamant

Le Régent : Découvert en Inde, magnifique diamant de 140 carats, le plus beau de la couronne de France. Il fut dérobé par un esclave qui l’échangea contre sa liberté. Après de nombreuses vicissitudes historiques, le Régent retrouva sa place à Paris en 1815 et se trouve aujourd’hui au musée du Louvre.

 

Diamant bleu

Le Hope : Somptueux diamant bleu de 112 carats réduit à 67 puis 45.52 carats, il a été surnommé « le diamant maudit » car la légende et l’histoire veulent qu’il ai porté malheur à tous ceux qui l’on possédé. Arraché à la statue d’une déesse hindoue, il fut rapporté d’Inde par Jean-Baptiste Tavernier en 1668. Il en fut la première victime, ruiné et dévoré par des chiens sauvages! Se succèdent Louis XVI et Marie-Antoinette, le diamantaire Williams Fals, le banquier Henry Hope, le Sultan Abdulhamid, puis une riche Américaine anonyme, tous frappés par le malheur. Il est aujourd’hui conservé au Smithsonian Institute de Washington.

 

Diamant

Le Orloff : Diamant bleu-vert pastel de 195 carats. En 1773, le prince Orloff tenta de reconquérir Catherine II de Russie en lui offrant ce diamant. La princesse accepte le cadeau mais éconduit le Prince qui sombra et mourut dans le désespoir. Il appartient désormais au trésor du Kremlin.

 

Diamant

Le Cullinan : Le Culligan est sans aucun doute le diamant le plus célèbre. Découvert en 1905 en Afrique du Sud, il pesait a l’origine 3160 carats. Il fut taillé par Joseph Asscher puis par Henry Koe, fractionné en 9 gros diamants et 96 brillants. Le Cullinan I ou Grande Etoile d’Afrique, poire de 530.20 carats, totalement pur et de couleur probablement D, orne le sceptre Impérial Britannique. Le Cullinan II, 317.40 cts, est monté sur la couronne d’Angleterre.

 

Diamant

Le Sancy : Taillé en poire de 34.98 carats, ce diamant trouvé en Inde au 16éme siècle passa, pendant de nombreuses années, de têtes couronnées en mains de milliardaires. Il est désormais exposé au musée du Louvre à Paris.

 

D’autres diamants sont célèbres par leur beauté et leur histoire: Le Darya-e-Noor, le Grand Mogol, l’étoile d’Afrique du Sud, l’Eureka, le Florentin, le Tiffany et bien d’autres encore!

 

Minéralogie, Synthèse, imitations et traitements

Minéralogie & synthèse :

Le diamant est un minéral composé de Carbone pur cristallisé. L’agencement des atomes de carbone se fait dans les 3 dimensions avec des liaisons atomiques très courtes, expliquant son extrême dureté, 10 en haut de l’échelle de Mohs.

Son système cristallin est cubique.

Sa couleur varie du blanc transparent pur au noir , en passant par presque toutes les couleurs bien plus rares (le rouge étant rarissime), liées à la présence en quantité infime d’atomes de Bore, d’hydrogène ou d’azote.

Il existe à l’heure actuelle trois techniques pour synthétiser du diamant :

HPHT (Haute Pression, Haute Température)

CVD (Chemical Vapor Deposition / dépôt chimique en phase vapeur)

Éthanol

Les imitations du diamant :

Il ne faut pas confondre les diamants synthétiques avec de faux diamants.

Les diamants artificiels sont de vrais diamants, produits par l’homme avec des moyens industriels. Ces caractéristiques physiques, chimiques et optiques sont en tout point identiques à celui du diamant extrait d’une mine.

Les faux diamants, quant à eux, sont des pierres aux propriétés physiques et chimiques différentes de celles du diamant naturel et qui peuvent ainsi se confondrent .

Différents cristaux naturels ou de synthèses sont utilisés pour imiter le diamant :

L’oxyde de zirconium (ZrO2) est une céramique utilisée dans sa forme transparente pour imiter le diamant. Attention, il ne faut pas le confondre avec le zircon, cristal naturel de formule ZrSiO4.

La moissanite : il s’agit de carbure de silicium.

Le saphir blanc.

Le grenat (YAG) : il s’agit d’un grenat de synthèse YAG pour Yttrium Aluminium Garnet.

Les traitements :

Il existe différentes techniques de chauffe ainsi que d’irradiation qui ont pour but de modifier la couleur du diamant. Ces traitements, ou « color enhanced », doivent être impérativement indiqués sur le certificat gemmologique. La décote commerciale de ces pierres est très importante.

Une technique HPHT (Haute Pression Haute Température) est utilisée pour changer la couleur des diamants bruns.

Le remplissage au verre consiste à remplir les fissures de verre à base d’oxychlorure de plomb dans le but d’atténuer fissures et clivages.

Le forage laser permet d’atteindre les inclusions noirâtres profondes puis de les nettoyer et enfin de combler le vide par du verre plombé.

Tout traitement doit être clairement indiqué sur le certificat d’authenticité.

La répartition de la production mondiale

Aujourd’hui, la production mondiale est repartie entre le continent Africain et le reste du monde. L’Afrique assure 60% de la production mondiale. Les gisements les plus importants sont le Botswana, l’Afrique des Sud, le Congo, l’Angola et la Namibie.

Les autres grands producteurs sont la Russie, l’Australie et le Canada.

On distingue 3 types de gisements:

Les gisements primaires…les mines :
d’où il faut extraire 10 tonnes de minerais pour récupérer 1 seul carat de diamant.

Les gisements secondaires, alluvionnaires :
les alluvions fluviales sont traitées afin de récupérer les diamants, roulés et drainés par le temps, l’eau et les autres éléments naturels.

Les gisements littoraux marins :
Les fonds marins sont exploités afin d’atteindre le gravier gemmifère.

Dans chaque cas, plusieurs tonnes de gravier diamantifère doivent être extrait afin de trouver UN carat de diamant.

Afin de lutter contre les « diamants de sang », de sinistre réputation, supports financiers des guerres sanglantes entre ethnies et pays d’Afrique, les Nations Unies ont adopté en 2003 le « processus de Kimberley », régulant étroitement la provenance et la commercialisation des diamants Africains.

 

Lithothérapie

Le diamant est un puissant purificateur et amplificateur d’énergie. C’est la pièce maitresse de la méditation, de la sagesse, de la clairvoyance mais aussi de l’Amour et de la fidélité. C’est une excellente pierre pour régénérer l’âme et l’esprit. Il est protecteur contre les énergies négatives.

Sur le plan physique, le diamant est un « maitre » guérisseur. Il renforce les organes et favorise l’évacuation des toxines. Il aide a chasser le stress et réveille la vitalité et les énergies positives.

Sur le plan spirituel, c’est donc un puissant protecteur, symbole de la sagesse ultime entre le corps et l’âme. Enfin, il permet d’atteindre l’équilibre et renforce le positivisme.

contact
close slider
Nous contacter

Pour un renseignement ou une demande de devis, merci de renseigner ce formulaire en copiant-collant la référence de la pierre concernée à partir de la galerie.

*